Gastro chez la femme enceinte

Sommaire

Vomissements, nausées, diarrhées… La gastro-entérite est une pathologie intestinale généralement bénigne chez l’adulte en bonne santé. Chez la femme enceinte, la survenue d’une inflammation du système digestif doit faire l’objet d’une surveillance particulière pour limiter les complications pour la mère et le fœtus. Dans certains cas, la mise en place d’un traitement médicamenteux et une hospitalisation peuvent s’avérer nécessaires.

Par ailleurs, les manifestations d’une inflammation du système digestif peuvent apparaître à certains moments de la grossesse, en dehors de tout épisode infectieux.

Le point dans cet article.

Femme enceinte et manifestations de la gastro-entérite

La gastro-entérite est une inflammation aiguë de la paroi de l’estomac et des intestins provoquée par différents agents infectieux :

  • des virus dans la majorité des cas, responsables d’épidémies saisonnières de gastro-entérite ;
  • des bactéries lors des intoxications alimentaires (entérobactéries dont les salmonelles) ;
  • des parasites, plus rarement. 

La gastro-entérite chez la future maman se présente de la même manière que toute inflammation de l’estomac et des intestins chez l’adulte, avec les symptômes suivants :

  • des nausées et des vomissements ;
  • une diarrhée apparaissant brutalement ;
  • des douleurs abdominales ;
  • plus rarement une fièvre, surtout en cas d’affection d’origine bactérienne ;
  • une éventuelle déshydratation (soif intense, perte de poids rapide et importante, fatigue importante) en cas de manifestations très intenses et persistantes.

Les manifestations peuvent fortement varier d’une personne à l’autre. La gastro-entérite virale dure seulement quelques jours, tandis que l’inflammation bactérienne peut parfois durer deux semaines.  

Bon à savoir : Chez les femmes enceintes dont le terme de la grossesse est proche, les symptômes de la gastro-entérite peuvent provoquer des contractions qui déclenchent le travail et l’accouchement dans les jours qui suivent l’inflammation. En cas d’inflammation du système digestif au cours du dernier mois de grossesse, il est recommandé de consulter le médecin ou la maternité pour une prise en charge adaptée.

Future maman : gastro-entérite ou désagréments de la grossesse ?

Dans certains cas, les symptômes évocateurs d’une gastro-entérite (envies de vomir, vomissements, diarrhées) ne résultent pas de cette pathologie, mais simplement de l’effet des hormones de la grossesse sur l’organisme.

Au début de la grossesse, les manifestations de l’inflammation sont parfois les premiers signes annonciateurs de la grossesse. Ils disparaissent le plus souvent progressivement au cours du premier trimestre de la grossesse.

Tout au long de la grossesse, les changements hormonaux liés à la grossesse peuvent engendrer des troubles intestinaux variables :

  • certaines futures mamans présentent un transit intestinal ralenti, avec des épisodes plus ou moins fréquents et importants de constipation ;
  • à l’inverse, d’autres femmes souffrent de diarrhées, tout au long de la grossesse, ou par épisodes ;
  • enfin, certaines futures mamans n’observent aucune modification de leur transit intestinal au cours de la grossesse.

En fin de grossesse, les symptômes de la gastro-entérite peuvent être annonciateurs d’un accouchement imminent.

Par ailleurs, la diarrhée aiguë peut être provoquée par d’autres phénomènes qu’une infection (prise de médicaments, allergie alimentaire, stress important).

Bon à savoir : Dans tous les cas, il est important de ne pas minimiser le danger d’une infection bactérienne ou virale. Des manifestations très intenses, la persistance ou l’aggravation des symptômes de l’affection au-delà de quelques jours nécessitent de consulter rapidement un médecin pour s’assurer de l’existence ou non de cette pathologie.

Diagnostic et soin de l’inflammation du système digestif chez la femme enceinte

La gastro-entérite est la plupart du temps une affection bénigne chez la future maman, qui guérit spontanément en quelques jours, avec des mesures alimentaires adaptées.

Ceci étant dit, une attention particulière est indispensable concernant l’automédication de la femme enceinte. Certains médicaments vendus sans ordonnance en pharmacie sont contre-indiqués ou déconseillés au cours de la grossesse. Il est important de bien signaler sa grossesse au pharmacien et de ne pas prendre de médicaments sans avis médical ou pharmaceutique.

Il est toutefois possible de prendre des probiotiques. Ceux contenant environ 10 milliards de souches, en majorité des Lactobacillus, permettent d'améliorer les symptômes et de reconstituer le microbiote intestinal.

À noter : suite aux dispositions du décret n° 2017-550 du 14 avril 2017, des pictogrammes « futures mamans » sont apposés sur les boîtes de médicaments à danger fœtotoxique ou tératogène à compter du 17 octobre 2017. Le pictogramme avec un cercle rouge barré et une silhouette d’une future maman à l'intérieur correspond à une interdiction totale d'utiliser le médicament pendant tout ou partie de la grossesse. Le pictogramme avec un triangle rouge et une silhouette de femme enceinte recommande de ne pas utiliser le médicament pendant la grossesse, sauf en l'absence d'alternative thérapeutique.

Toutefois, il est nécessaire de consulter rapidement dans les cas suivants :

  • lorsque les manifestations persistent ou s’aggravent (danger de déshydratation, risque d’une infection bactérienne) ; 
  • lorsque le terme de la grossesse est proche ; 
  • en cas de fièvre associée aux signes (danger d'infection bactérienne, risque de listériose) : toute fièvre supérieure à 38,5 °C pendant plus de 24 heures au cours de la grossesse nécessite une consultation médicale. 

Attention, en cas de pathologie sévère (particulièrement avec la forme bactérienne), l’inflammation expose à un danger accru de déshydratation, dangereuse pour la mère et pour le fœtus. Un traitement antibiotique adapté sera alors prescrit pour stopper rapidement la pathologie. Dans les formes les plus sévères, une hospitalisation pour soins et surveillance s’avèrera nécessaire. Pour confirmer l’origine bactérienne de la gastro-entérite, le médecin prescrit dans certains cas un examen cytobactériologique des selles pour déterminer la bactérie en cause et les antibiotiques les plus efficaces.

Prévention de cette affection chez la femme enceinte

La gastro-entérite est plus ou moins contagieuse en fonction de son origine, la forme virale étant la plus contagieuse.

Pour prévenir la survenue et/ou la transmission de cette affection, différentes précautions doivent être adoptées, en particulier chez la future maman.

Il peut s'agir de mesures d’hygiène :

  • lavage des mains ; 
  • éviter tout contact avec des personnes atteintes de gastro-entérite ; 
  • utilisation de mouchoirs à usage unique ; 
  • nettoyage et décontamination soignée des toilettes ; 
  • nettoyage et décontamination des surfaces (poignées de porte, lavabos, téléphone, plan de travail, etc.).

Cela concerne également les précautions alimentaires :

  • une bonne cuisson des aliments, notamment des viandes ; 
  • lavage soigné des fruits et des légumes ; 
  • nettoyage soigné de la cuisine et des ustensiles de cuisine ; 
  • nettoyage du réfrigérateur ; 
  • respect des dates de péremption ; 
  • conservation des aliments au réfrigérateur dans des emballages fermés.

Enfin, il faut prendre des précautions lors de voyages dans les pays à risque :

  • demander l’avis du médecin avant le voyage ; 
  • consommation d’eau en bouteilles fermées ou d’eau potable ; 
  • éviter les glaçons et les glaces ; 
  • ne pas manger de légumes et fruits crus, ni les jus fraîchement pressés ; 
  • consommer des aliments bien cuits ; 
  • consommer du lait pasteurisé ou bouilli. 

Ces pros peuvent vous aider