Épisiotomie

Sommaire

L'épisiotomie est souvent pratiquée lors de l'accouchement, pour faciliter la sortie du bébé.

En quoi consiste exactement cette intervention ? Comment gérer ce moment délicat et la convalescence ? Existe-t-il des moyens de l'empêcher ? Toutes les réponses à ces questions dans notre astuce.

Qu'est-ce que l'épisiotomie ?

L'épisiotomie correspond à une incision du périnée, un muscle qui se situe entre le vagin et le rectum :

  • Elle est pratiquée au moment de l'expulsion du bébé (lorsque la tête est visible) c'est pourquoi elle est généralement indolore, les tissus étant très tendus et la tête du bébé comprimant les vaisseaux sanguins.
  • L'incision se fait en moyenne sur 4 à 5 cm.
  • Les points de suture sont pratiqués par la sage-femme ou l'obstétricien après l'expulsion du placenta : généralement, 3 à 4 points sont nécessaires. Ils sont faits la plupart du temps avec du fil résorbable.
  • Si vous n'êtes pas sous péridurale, une anesthésie locale peut vous être proposée.
  • En augmentant l'ouverture vaginale, l'épisiotomie facilite la sortie du bébé, limite les risques d’hypoxie et évite les déchirures brutales, voire profondes du périnée. En France, les incisions, médiolatérales sont recommandées car elles induisent moins de risque de déchirure périnéale et d’incontinence que les incisions médianes.
  • Même si ce geste médical peut paraître intrusif, il est réalisé pour votre bien et celui de votre enfant : une déchirure nette est plus facile à réparer qu'une déchirure spontanée qui peut entraîner une incontinence ainsi que des difficultés d'ordre sexuel (une déchirure périnéale grave provoque une déchirure partielle ou totale du sphincter anal avec pour conséquences des douleurs périnéales, une incontinence urinaire ou anale et des troubles sexuels).

Bon à savoir : la pratique de l’épisiotomie doit être pratiquée avec une extrême prudence et après sélection rigoureuse des patientes nécessitant cette procédure.

Dans quels cas une épisiotomie est-elle pratiquée ?

Les raisons qui poussent les médecins ou sages-femmes à réaliser une épisiotomie sont les suivantes :

  • la bébé est en détresse, l'accouchement doit être accéléré : cordon ombilical autour du cou, bébé prématuré, diminution du rythme cardiaque du bébé, etc. ;
  • un risque de déchirure important est redouté (il semblerait toutefois que l’épisiotomie ne protège de la rupture périnéale grave que chez les femmes primipares qui subissent un accouchement instrumental) :
  • les forceps, les ventouses ou les spatules vont devoir être utilisés ;
  • le bébé se présente par le siège ou l'orientation de sa tête n'est pas idéale ;
  • accouchement prématuré (la tête du bébé doit éviter de forcer) ou au contraire accouchement après terme ;
  • accouchement de jumeaux.

Bon à savoir : le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) estime que le recours à l'épisiotomie, s'il est en baisse, est encore largement pratiqué : à 68 % lors d'un premier accouchement et à 31 % à partir du second accouchement. Selon une étude, le nombre important d'épisiotomies encore pratiquées pourraient en partie être dû « à un changement des habitudes alimentaires au cours des dernières décennies, entraînant une obésité maternelle et par conséquent une augmentation du poids du nouveau-né » (source : Levaillant M et al. Is there still an indication for episiotomy? Results from a French national database analysis. ecol Obstet . 2022 Aug 9. doi: 10.1002/ijgo.14385).

Après l'épisiotomie

La cicatrice de l'épisiotomie peut prendre 3 à 4 semaines pour guérir. À l'hôpital, l'infirmière s'occupera de nettoyer votre cicatrice. Une fois rentrée, une hygiène irréprochable est à respecter :

  • une toilette intime après chaque passage aux WC :
    • essuyez-vous de l'avant vers l'arrière,
    • faites une toilette avec de l'eau tiède,
    • et tapotez avec de la gaze stérile pour sécher ;
  • changez votre serviette hygiénique régulièrement.

Bon à savoir : la clé pour une cicatrisation réussie est que la cicatrice reste parfaitement sèche. Au besoin, utilisez un sèche-cheveux (pas trop chaud non plus... !).

Si vous avez mal, vous pouvez être soulagée par :

  • l'application de froid : un sachet de glaçon, de l'eau froide (le plus simple est d'utiliser un brumisateur qui aura été mis au frigidaire), etc. ;
  • la chaleur : bain chaud, douche chaude ou encore une lampe de 40 watts dirigée sur votre cicatrice et placée à 25 cm pendant 20 min ;
  • une bouée : surtout pour vous asseoir sans compresser la cicatrice ;
  • l'air libre : enlevez votre culotte quand vous faites la sieste par exemple ;
  • la marche : elle contribue à la rééducation du périnée et facilite la circulation sanguine.

Attention : si une douleur lancinante persiste, si la cicatrice est enflée, rouge, sensible au toucher, si vous avez de la fièvre (plus de 38°) pendant plus de 24 heures, consultez d'urgence. La cicatrice peut s'être infectée.

Après l'épisiotomie, les rapports sexuels pourront généralement être repris à partir de 2 semaines après l'accouchement mais cela dépend surtout du moment où vous vous sentirez prête. Pour éviter la douleur, vous pouvez :

  • utiliser un lubrifiant ;
  • choisir une position où vous contrôlez la pénétration ;
  • aller à votre rythme : la peur d'avoir mal peut parfois empêcher les rapports.

Bon à savoir : il est très important de suivre vos 10 séances de rééducation périnéale, pour éviter des problèmes d'incontinence urinaire d'effort. Ces séances sont intégralement remboursées par la Sécurité sociale.

Conseils pour éviter l'épisiotomie

Certains professionnels remettent en cause la nécessité d'une épisiotomie et estiment qu'une déchirure naturelle cicatrise plus vite :

  • La position de l'accouchement et la façon de pousser peuvent jouer un rôle pour éviter l'épisiotomie.
  • Discutez-en avec l'équipe médicale qui vous suit, les sages-femmes, et votre Doula si vous en avez une.
  • Si vous rédigez un projet de naissance, n'oubliez pas d'indiquer votre préférence par rapport à l'épisiotomie. Selon la situation, elle sera respectée ou non mais au moins, votre souhait sera formulé.

À noter : muscler son périnée pendant la grossesse peut être un moyen de prévenir l'épisiotomie. Dans tous les cas, cette musculation sera bénéfique puisque votre périnée sera soumis à rude épreuve pendant l'accouchement.

Besoin de plus d'infos sur la question ?

Ces pros peuvent vous aider