Menace accouchement prématuré

Sommaire

Les femmes ressentant des contractions utérines régulières de manière précoce sont sans doute sujettes à une menace d’accouchement prématuré. On vous en dit plus.

Menace d’accouchement prématuré : quelles sont ses caractéristiques ?

La menace d’accouchement prématuré est une complication assez fréquente de la grossesse que l’on définit par le risque d’accoucher avant 37 semaines d’aménorrhée :

  • elle est caractérisée par des contractions utérines fréquentes et régulières : au moins 3 en 30 secondes ;
  • ainsi que par des modifications cervicales significatives : col court ou orifice interne perméable.

À noter : la menace d’accouchement prématuré est une des situations obstétricales les plus fréquentes.

Comment dépister une menace d’accouchement prématuré ?

Il est possible de dépister les femmes à risque en faisant un interrogatoire en début de grossesse au cours duquel le médecin demande :

  • l’âge gestationnel ;
  • s’il y a des contractions utérines, c’est-à-dire un durcissement généralisé et intermittent de l’utérus de 30 à 60 secondes ;
  • s’il y a des manifestations autres qui sont associées, comme la rupture de la poche des eaux, ou des hémorragies ;
  • s’il y a des signes avant-coureurs pouvant déclencher un accouchement prématuré, comme de la fièvre, un surmenage récent ou une infection urinaire ;
  • la présence de facteurs de risque, comme un antécédent d’accouchement prématuré, une malformation utérine, une béance cervicale, des maladies chroniques ou encore un diabète.

Bon à savoir : selon une étude nationale de cohorte, le taux de prématurité est accru chez les femmes avec une maladie inflammatoire des intestins (MICI), le danger étant majoré en cas de maladie active.

Le médecin procède également à des examens. Citons notamment :

  • mesure de l’activité cardiaque, de la température, de la tension artérielle et du pouls ;
  • détermination de la hauteur utérine ;
  • examen au spéculum : rupture de la poche des eaux, hémorragies ;
  • toucher vaginal pour connaître la longueur et la dilatation du col ;
  • utilisation de bandelettes urinaires.

L’examen se complète par un enregistrement cardiotocographique qui permet l’enregistrement du rythme cardiaque fœtal et des contractions utérines et par une échographie ayant pour but d’évaluer des modifications cervicales.

Menace d’accouchement prématuré : que faire ?

En fonction des symptômes, le marche à suivre peut consister en un simple repos au domicile. Dans les cas plus graves, une hospitalisation en service de grossesses pathologiques avec perfusion et repos strict peut être requise.

À noter : si la menace d’accouchement prématuré est sévère, c’est-à-dire si elle survient avant 32 semaines d’aménorrhée, les médecins peuvent préparer les poumons du bébé à une naissance avec des corticoïdes.

Bon à savoir : après 32 semaines d’aménorrhée, l'immense majorité des enfants naissent sans problèmes et n’ont pas de séquelles par la suite.

Quelles séquelles pour un nouveau-né prématuré ?

Le nombre de bébés prématurés augmente, mais leur chance de survie aussi. Les principales difficultés sont son immaturité pulmonaire et digestive. Un enfant né prématuré peut tout à fait grandir normalement.

Notons qu’il existe tout de même des risques de montrer certaines difficultés, d’autant plus marqué quand la naissance est précoce :

  • dans la motricité ;
  • au niveau du comportement ;
  • du langage et de l’apprentissage ;
  • de la vue ou de l’audition ;
  • ou encore en terme d’insertion sociale.

À noter : la prématurité moyenne concerne les bébés nés entre la 33ème et la 37ème semaines d’aménorrhée, la grande prématurité concerne les bébés nés entre la 28ème et la 32ème semaines d’aménorrhée (incluse) et la très grande prématurité concerne les bébés nés avant 28 semaines d’aménorrhée.

Pour aller plus loin :

Ces pros peuvent vous aider