Comment préparer une grossesse ?

Sommaire

 

Votre désir d'avoir un enfant est consolidé et vous souhaitez dès à présent tomber enceinte. Si l'attente peut être très variable, de nombreux facteurs sont désormais à prendre en compte. Bilan médical, arrêt des substances toxiques, mode de vie plus sain et calendrier à prévoir : voici comment préparer une grossesse.

1. Faites un bilan médical pour préparer votre grossesse

Pour la santé de votre futur enfant comme pour la vôtre, un bilan médical complet est nécessaire pour préparer une grossesse.

Les antécédents médicaux

Votre médecin généraliste ou votre gynécologue pourra effectuer le bilan médical avant votre grossesse. Certaines maladies sont à prendre en compte (diabète, troubles cardiaques, hypertension artérielle, épilepsie, asthme...).

De même, il est important de passer en revue vos antécédents médicaux comme ceux de votre famille. Des maladies héréditaires et génétiques sont parfois à suivre de près chez l'enfant. C'est notamment le cas de la trisomie 21.

Il est également essentiel de mettre à jour vos vaccins pour éviter toute infection grave.

À noter : vos habitudes de vie seront aussi passées en revue. Vos consommations, votre activité physique ou encore votre travail ou votre lieu de vie sont autant de facteur qui peuvent interférer avec la grossesse.

Lire l'article

Les examens pour aller plus loin

En fonction des risques et des doutes, votre médecin pourra vous prescrire divers examens médicaux.

Le bilan dentaire

Les infections dentaires sont des points d'entrée pour nombre de germes dangereux lors de la grossesse. Si vous tombez enceinte, les modifications hormonales rendent votre bouche plus sensible au développement de telles infections.

Un bilan dentaire est vivement conseillé pour préparer votre grossesse. Prenez rendez-vous chez votre dentiste qui inspectera l'état de vos gencives et de vos dents. Les infections doivent être soignées systématiquement.

Grossesse

Article

Consulter la fiche pratique

La prise d'acide folique

L'acide folique est une vitamine qui vous sera prescrite si vous avez un désir de grossesse, mais également pendant la grossesse. Elle permet par sa supplémentation d'éviter les problèmes de fermeture du tube neural lors de la formation de l'enfant (Spina bifida).

Important : ne prenez pas cette prescription à la légère : un petit comprimé de vitamines peut éviter de grands problèmes.

2. Arrêtez les substances nocives avant de tomber enceinte

De nombreuses substances sont nocives pour votre futur enfant. Vous devez réévaluer vos habitudes et votre consommation médicamenteuse.

L'alcool, le tabac et autres drogues

L'alcool, le tabac et les autres drogues peuvent influer considérablement sur le développement de votre futur enfant. Pour préparer votre grossesse, il est essentiel que vous arrêtiez de consommer ces substances nocives. Des aides au sevrage existent et sont prises en charge par l'Assurance maladie. Si vous souffrez d'une dépendance avancée, n'hésitez pas à consulter un addictologue.

À noter : les substituts nicotiniques inscrits sur la liste des médicaments remboursables sont pris en charge, sur prescription, par l'Assurance Maladie à hauteur de 65 %, sans plafond annuel, ni avance de frais.

Les médicaments et compléments alimentaires incompatibles

À l'instar des drogues, de nombreux médicaments et compléments alimentaires sont incompatibles avec la grossesse et sont dits tératogènes. Ils peuvent en effet entraîner des malformations de votre futur enfant. Les médicaments en vente libre comme certains anti-inflammatoires ou médicaments contre le rhume sont bien entendu compris dans le lot, c'est pourquoi il est indispensable que vous demandiez systématiquement conseil à votre pharmacien avant de les prendre, en mentionnant votre désir de grossesse.

Important : la consommation de plantes et remèdes naturels, de phytothérapie ou d'aromathérapie peut vous sembler bénine. Pourtant, votre futur enfant peut en souffrir gravement. Demandez systématiquement conseil à votre pharmacien.

Les traitements de maladies chroniques sont à revoir systématiquement avec votre médecin généraliste ou un médecin spécialiste, certains d'entre eux peuvent être remplacés pour présenter moins de risques. Les traitements à réévaluer rapidement sont :

  • certains antiépileptiques, comme le valproate de sodium ;

Bon à savoir : l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a indiqué, dans un communiqué du 12 juin 2018, que le valproate est interdit pendant la grossesse et qu'il ne doit plus être prescrit aux filles, adolescentes et femmes en âge de procréer (sauf circonstances exceptionnelles). Les patientes avec un traitement en cours doivent prendre rendez-vous avec le médecin spécialiste.

  • les médicaments utilisés contre les maladies évolutives comme la polyarthrite rhumatoïde, le psoriasis...
  • les anticancéreux ;
  • les antimigraineux dérivés de l'ergot de seigle ;
  • certains antibiotiques ;
  • les antiacnéiques à base de trétinoïne et antipsoriasiques à base d'acitrétine ;
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion (IEC) contre l'hypertension artérielle ;
  • certains antiarythmiques ;
  • certains antidépresseurs.
Lire l'article

3. Mangez sain et gérez votre stress pour préparer votre grossesse

Si ce conseil vaut pour tout le monde, il est d'autant plus important pour une femme désireuse de concevoir.

Une alimentation saine

Votre futur enfant s'alimente des nutriments qui proviendront de vos repas. Il a besoin pour son développement d'une alimentation saine et il faut à tout prix éviter les carences.

Manger équilibré vaut aussi pour vous : les 9 mois de grossesse sont une épreuve pour votre corps et il ne s'agit pas que vous faiblissiez.

Prenez exemple sur l'excellent régime méditerranéen ou crétois. Préférez cependant bien cuire le poisson et la viande et lavez soigneusement vos légumes pour écarter les risques de parasitoses.

Pas de stress !

Le stress ne se manifeste pas seulement pas un psychisme dégradé : c'est aussi une somme de manifestations physiques qui se révèlent délétères pour la fertilité. Vos sécrétions hormonales peuvent être modifiées par le stress et votre ovulation perturbée.

Devant le stress du quotidien, mais aussi le stress que peut générer le désir d'enfant et les essais de conception, il n'est pas toujours facile de lutter. Prenez des moments pour vous et, si besoin, faites appel à des techniques de relaxation comme le yoga ou la sophrologie.

Consulter la fiche pratique
Lire l'article

4. Renseignez-vous sur les démarches à effectuer pour préparer votre grossesse

Différentes démarches doivent être réalisées dès le début de la grossesse, voire dès sa confirmation. Renseignez-vous dès maintenant pour bien avoir les dates en tête.

La déclaration de grossesse

La déclaration de grossesse doit être effectuée au premier trimestre de grossesse. Elle suit le rendez-vous chez le gynécologue et la première échographie. Ce document comporte deux volets à adresser à votre caisse d'Allocations familiales (CAF) et un volet pour votre caisse d'Assurance maladie.

Lire l'article

L'inscription à la maternité

Au moment de l'accouchement, l'urgence oblige les établissements à vous accoucher. Cependant, il est préférable de s'inscrire à la maternité bien en amont. Notamment si vous habitez dans des régions où le service de maternité est tendu, votre inscription est à faire le plus tôt possible : dès que la grossesse est confirmée.

Maternité

Article

Lire l'article

La garde de l'enfant

Les nourrices et les crèches sont souvent prises d'assaut par les futurs parents. N'attendez pas le dernier moment pour y penser et chercher une place pour votre futur enfant. Différents modes de gardes d'enfants s'offrent à vous, mais les places sont chères !

Ces pros peuvent vous aider